Critique de film – Captain America: le premier vengeur

Please Disable Your Ad-blocker For Downloading Your Links Download Link Protector helps you offer downloads in a safe and secure way. You can still offer your downloads the way you have been doing till now.insurance policy

Film: Captain America: Le premier vengeur

Directeur: Joe Johnston.

Regardant Chris Evans, Hugo Weaving, Tommy Lee Jones, Sebastian Stan, Stanley Tucci et Haylee Atwell

J’ai déjà vu Captain America deux fois – ce qui impliquerait que je trouve le film génial. Cependant, c’est un peu plus compliqué. Tellement compliqué que je vais faire appel à l’ancienne liste des avantages et des inconvénients pour décrire mes sentiments à propos de ce film.

Le bon:

Le jeu. Evans, qui joue le personnage principal, et qui se trouve être un acteur que je considère normalement médiocre (pour le dire poliment), est en fait assez bien choisi ici. Il incarne Steve Rogers avec sérieux et détermination, sans se limiter au patriotisme et à l’héroïsme de gung-ho (la plupart du temps, mais plus à ce sujet plus tard). Il joue le maigre Steve Rogers comme un faible, c’est vrai, mais aussi comme quelqu’un de courageux et intelligent. Steve ne se moque jamais vraiment de Steve, parce qu’Evans joue le rôle d’un asthmatique de 90 kilos en tant qu’être humain normal qui réalise qu’il est physiquement insuffisant, mais qui dégage toujours une sorte de confiance qui le rend sympathique et réel. En tant que post-sérum Rogers, il est humble mais fier – un bel indice en est qu’il regarde un film de propagande de guerre qui se présente comme Captain America et ne peut s’empêcher de sourire – même s’il développe un peu de témérité , il semble toujours tellement terre-à-terre qu’il ne soit pas aggravant.

Tommy Lee Jones est génial en tant que vieux sergent parlant qui aime Steve mais ne croit pas vraiment en lui, même après le sérum. Il aboie les ordres et plaisante gentiment et fait un rôle qui aurait pu être un cliché et un air de fond comme un film frais et amusant à regarder.

Haylee Atwell joue de l’intérêt amoureux obligatoire, mais l’histoire souligne bien le lien qu’elle a avec Steve en tant que personne qui a toujours été négligée ou rabaissée (car elle est une femme dans l’armée) et Atwell fait très bien de donner sa personnalité pour qu’elle ne devienne pas simplement la poupée plantureuse et vaporeuse que tant d’autres femmes deviennent dans des films de «gars». Ça ne fait pas mal qu’elle soit incroyablement jolie.

Le dernier mais non le moindre est le grand Hugo Weaving en méchant. Red Skull n’est pas un méchant en trois dimensions comme le Joker ou même cet autre petit personnage de Weaving décrit par le nom de l’agent Smith. Non, Johann Schmidt est le grand méchant de la bande dessinée. Il a des hommes de main et des plans diaboliques pour conquérir le monde. Il a même des véhicules aériens personnels isolés et une chaise qui tourne. Mais Weaving le joue à la fois campeur et sobre d’une manière difficile à décrire. Il n’abandonne jamais dans les rires maniaques ni dans la perversité caricaturale, mais en même temps, il semble avoir le goût d’avoir un petit laboratoire secret et une musique classique à écouter tout en planifiant la domination du monde. Honnêtement, je ne vois vraiment personne être capable de jouer ce personnage sans être éclipsé par la sottise. Le tissage semble élever presque tout ce qu’il fait par la seule force de sa personnalité et de son charme. Weaving a dit un jour qu’il n’aimait jouer le méchant que si le personnage avait le sens de l’humour, et il apporte le même genre de bravour souriant. À certains égards, vous aimez un peu le crâne rouge simplement parce qu’il est très vivant. L’un des meilleurs moments du film est quand il prend un moment pour planifier l’exécution de quelques laquais nazis et qu’il compte en réalité les hommes qu’il est sur le point de souffler dans l’oubli. En ce qui concerne la voix (quelque chose qui doit être abordé avec cet acteur), alors que je ne suis certainement pas un expert en précision de son accent allemand, le sifflant “s” s ajoute-t-il et le ton vaguement nasal en fait une autre voix que Weaving a créé qui fera probablement l’objet de discussions pendant un certain temps.

L’action. Johnston sait comment filmer l’action et utiliser le ralenti pour en extraire les mouvements gracieux. Il sait également comment réunir deux personnes et leur demander de se frapper au visage de manière excitante. La bagarre entre Red Skull et le capitaine à la fin est rude et sale et les deux hommes sont suffisamment agiles pour le rendre réel.

Le look et le ton. Ce n’est pas le chevalier noir. Johnston donne à ce film une impression de rétro dans ses couleurs et son ton. Cela peut choquer certains téléspectateurs au début de voir à quel âge ce film est. Il est très classique et rappelle les anciennes bandes dessinées. Mais le film le fait consciemment et le gère avec adresse. C’est une bonne idée supplémentaire de s’amuser un peu sur les thèmes America-is-Awesome qui imprègnent les bandes dessinées de Captain America et qui pourrait faire couler ce film. Captain America se joint même à une émission pour élever des liens de guerre et chante à propos de l’Amérique et de la guerre avec les filles du choeur – la blague concerne la propagande que beaucoup pourraient voir à l’image de Captain America. Il est cependant pleinement utilisé quand le Cap tente de présenter la revue à de vrais soldats au front et qu’ils ne s’amusent pas du tout.

Le mauvais:

Le look et le ton. Bien que ce soit l’un des points forts du cinéma, cela pourrait aussi être un inconvénient pour ceux qui ne l’ont pas ou qui ne le font tout simplement pas.

Leave a Reply

Your email address will not be published.